Ville de Fès
creation site Internet Maroc

« Attahadi », un fonds d’appui aux femmes victimes de violences voit le jour à Fès

L’association Initiatives pour la protection des droits des femmes (IPDF) vient de lancer un fonds baptisé « Attahadi » destiné à venir en aide aux femmes victimes de violences basées sur le genre (VBG) à Fès, à travers le développement d’un bouquet d’activités génératrices de revenus.

Ce fonds vise, en premier chef, à améliorer les conditions économiques des femmes victimes de VBG, en leur permettant d’accéder à des revenus stables et suffisants, selon l’IPDF, qui est chargée de la gestion du centre multifonctionnel Batha pour l’autonomisation des femmes, qui accueille ces femmes.

S’étalant sur trois ans, ce projet devrait contribuer à la lutte contre la pauvreté structurelle des femmes et contre l’inégalité dans l’accès de cette catégorie aux opportunités économiques et sociales. Les résultats attendus seraient une meilleure autonomisation économique et sociale des femmes victimes de VBG, une facilité d’accès aux droits sociaux, civils et économiques et un renforcement de leur leadership au sein de la société.

Fruit d’un partenariat tissé entre l’IPDF et différents acteurs nationaux et internationaux, dont ONU Femmes (entité des Nations-Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes), le projet comprend deux volets ayant trait à l’insertion économique et à l’accompagnement psychosocial.

Le premier axe consiste en un service d’accompagnement individualisé pour le développement des capacités professionnelles des femmes dans des métiers de leurs choix, pour qu’elles puissent développer une activité génératrice de revenus ou bien intégrer le marché de l’emploi.

Le deuxième volet comprend une chaine de services intégrée pour l’accompagnement psychologique, social et juridique des femmes victimes de VBG. Il s’agit aussi à ce niveau de promouvoir la mobilisation et la promotion des capacités des femmes elles-mêmes pour renforcer leur pouvoir collectif, revendiquer leurs droits et lutter contre la VBG.

Créée en 1998, l’IPDF accueille chaque année 1.000 femmes victimes de VBG, dont près de 100 d’entre elles sont hébergées au sein du centre multifonctionnel Batha pour l’autonomisation des femmes.

Elle œuvre pour le renforcement des capacités des femmes victimes de violence sur les plans juridique et social, la création des mécanismes de protection, l’identification des lois et des procédures discriminatoires envers les femmes et le renforcement institutionnel des centres d’écoute.

Source: MAP

Laisser un commentaire